Avec de longues années de carrière derrière lui, Gil Pottier fait partie de ces artistes discrets qui n’ont depuis longtemps plus rien à prouver.
Particulièrement apprécié des connaisseurs, cet ancien élève diplômé des Beaux-arts d’Aix-en-Provence et de l’Université de Montréal connaît le succès depuis les années 1990.
Exposé et acheté à Montréal bien sûr, à Paris, Genève, Venise et New-York, pour ne citer que les métropoles qui ont joui de sa présence durable en galerie, ses oeuvres ont fait le tour du monde. Certaines font partie d’importantes collections privées ou institutionnelles, au premier rang desquelles la collection royale du Buckingham Palace.
Son oeuvre est saluée pour sa très grande pureté esthétique, soutenue par son dépouillement de tout superflu.

Malgré ses nombreuses activités internationales, particulièrement intenses en Italie où il est académicien à Vinzaglio et en Amérique où il a ses attaches, il ne délaisse pas pour autant son berceau français, comme en témoigne son engagement à la Fondation Taylor.

(Thibaud Josset, Univers des Arts)